Sitavirus Pandémie.

23 novembre 2010

Rue89 « Le vrai disque dur des journalistes est dans leur tête. »

 

 Opération Portes Ouvertes chez rue89:

Rue89 « Le vrai disque dur des journalistes est dans leur tête. »  ……………………………… Oui ! Ça se voit.

 

Les locaux de Rue 89 à Paris ont été cambriolés dans la nuit de samedi à dimanche et un vingtaine d’ordinateurs ont été volés, annonce le site d’information. Le ou les cambrioleurs ont défoncé la porte en bois de la rédaction, située au premier étage d’un bâtiment du 20e arrondissement, qui abrite surtout des start-up technologiques. Le cambriolage a été découvert dimanche matin par Blandine Grosjean, rédactrice en chef adjointe, et la police est venue sur place pour les premières constatations. Ce n’est pas la première fois que Rue89 est cambriolé depuis son lancement en mai 2007, souligne le site.   À deux reprises, en août 2007 et en mars 2010, les locaux ont été « visités » et des ordinateurs volés. Il s’agissait toutefois de la précédente adresse de Rue89, beaucoup moins sécurisée, en théorie, que l’actuelle. « Même s’il intervient dans un contexte politique lourd, avec le vol de plusieurs ordinateurs de journalistes enquêtant sur l’affaire Bettencourt et les polémiques sur la surveillance des journalistes, il n’est pas possible, à ce stade, de dire s’il s’agit d’un simple cambriolage crapuleux, ou d’une tentative de mettre la main sur des données ou simplement de nous intimider », écrit Pierre Haski, le directeur de la rédaction. Les ordinateurs du cofondateur et directeur du site Pierre Haski et celui d’un enquêteur du site d’info, François Krug, ont été dérobés. Les portes ont été fracturées à l’aide d’un extincteur, a-t-elle précisé    

 

 Source:     
http://www.lepoint.fr/societe/vol-rue89-se-fait-cambrioler-une-vingtaine-d-ordinateurs-derobes-21-11-2010-1265088_23.php
 
« Une chose est certaine : pour choquée qu’elle soit par cet événement, et malgré la gène occasionnée par la disparition du matériel, l’équipe de Rue89 continuera à faire son travail d’information, de manière indépendante et rigoureuse, avec le soutien et la participation active de ses lecteurs et amis.
Merci à tous ceux, professionnels des médias, riverains de Rue89 ou anonymes, qui nous ont apporté leur soutien et leurs encouragements depuis ce dimanche matin. Ces marques de sympathie nous redonnent de l’énergie pour poursuivre » Source :  rue89.com 
 
<>
<>
<>
 

28 octobre 2010

Saint Ouen: la commune soutient l'ambitieux projet d'une nouvelle mosquée!

 

 
Action SITA:  NON ! à la construction d’une nouvelle mosquée à Saint Ouen.
 
« La municipalité a engagé un travail de concertation avec les représentants de l’association ESSALEM, afin de les soutenir et les aider à mettre en oeuvre un projet ambitieux, en direction de l’ensemble des musulmans, ouvert sur la ville et s’intégrant dans le projet architectural et urbain de la Zac des Docks, elle souhaite l’édification d’un lieu reconnu et apprécié de tous ».
 
Un maire démocrate et républicain, soucieux de l’avenir tant pour sa commune que pour la France, ne devrait JAMAIS autoriser la moindre construction de mosquée. Il existe une multitude de raisons parfaitement fondées à cela, multitude de raisons que tant les maires que les élus municipaux ignorent le plus souvent, ou parfois préfèrent sciemment ignorer afin de pouvoir dire plus tard « On ne savait pas… ».
 
 Démocratie participative directe
 
Informons les élus, et la population, afin que tous sachent pourquoi il ne faut pas autoriser la construction d’une mosquée et qu’ensemble ils prennent les bonnes décisions.
C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir http://tinyurl.com/6r4fsu )
Et c’est très efficace (voir http://tinyurl.com/273xwg2 )

Quoi mettre dans l’enveloppe ?
– Imprimer la version abrégée de la présente page qui se trouve sur ce lien :  >>>>>>>>>>>> st_ouen_action_sita.pdf  <<<<<<<<<<<<

Avec ça le destinataire va comprendre à propos de quoi on lui écrit.

 Qui sont les destinataires ?

1)  Jacqueline rouillon Maire de Saint Ouen 93400.  On peut trouver l’adresse postale de la mairie sur la page suivante: http://www.ville-saintouen.fr/index.php?pge=217
Vous pouvez éventuellement contacter les élus municipaux.  Les noms se trouvent sur la page : http://www.ville-saintouen.fr/index.php?pge=294
 
2) M. Frédéric Atayi, Directeur général adjoint – Administration / Finances / Prévention sécurité. de Saint Ouen. On peut trouver l’adresse postale en 4ème position en partant du bas sur la page suivante: http://www.ville-saintouen.fr/index.php?pge=220
 
3) Bruno Le Roux Député de Seine-Saint-Denis.  On peut éventuellement  lui écrire directement à l’Assemblée Nationale :
http://www.assemblee-nationale.fr/ecrire.asp
 
4) Association Culturelle (islamique) ESSALAME.  Vous pouvez trouver l’adresse postale sur ce lien:  http://mosqueessalame.free.fr/  ou sur ce lien:
 http://www.mosquee-saint-ouen.fr/p/construction-de-la-mosquee.html
 
5) La Maison des Projets  (Projet architectural et urbain de la Zac des docks) de Saint Ouen. Vous pouvez trouver l’adresse postale sur ce lien (Bas de page ) : http://www.ville-saintouen.fr/index.php?pge=216
 
 6) Neouchy Jean Claude , l’architecte du projet de la mosquée de Saint Ouen . Vous pouvez trouver l’adresse postale sur le lien suivant: http://tinyurl.com/292tul8
 
 
 
 Option « Informer la population »
On note une étrange tendance récurrente des élus, toutes villes et toutes tendances confondues, à ne faire que le minimum syndical pour l’information des riverains lors d’un projet de construction de mosquée dans leur quartier alors pourtant que ces riverains sont bien évidemment concernés au premier chef. D’ailleurs il ne vient même jamais à l’idée des élus de consulter les riverains pour savoir s’ils veulent ou non d’une mosquée, à croire qu’ils n’ont pas confiance en la démocratie, hormis pour se faire élire et en faire ensuite à leur guise au mépris des habitants.
Puisqu’on ne peut pas compter sur les élus pour faire le travail d’information et de consultation pour lequel ils sont pourtant payés, on va le faire à leur place, toujours avec la même méthode citoyenne de tractage postal. La lettre destinée à la population sera la même que celle destinée aux élus, ne reste qu’à trouver les noms et adresses postales des riverains du projet.
Une fois informés, on peut compter sur les habitants pour aller demander des comptes à leurs élus.
Là encore c’est très simple.
On trouve sur divers liens et sur la page (citée plus haut) du site de la mairie de Saint Ouen: des indications suffisantes pour déterminer les noms des rues à proximité potentielle de ce projet de mosquée .
Vous pouvez ensuite trouver les noms de rues voisines
Le plan permet de voir les rues voisines et donc d’obtenir, de proche en proche via l’annuaire, tous les nom-adresse de tous les habitants de toutes les rues riveraines du projet de mosquée. Cela va permettre d’informer le plus grand nombre possible de riverains.
Le nom de la rue est suffisant pour trouver noms et adresses postales des habitants de la rue, grâce à l’annuaire du téléphone pagesblanches.fr : indiquer le nom de la rue, le nom de la ville, cliquer sur Trouver et l’annuaire vous donne la liste des nom-adresse de tous les habitants de la rue.
Vous pouvez bien évidemment répéter l’opération à volonté  tant que vous avez des timbres, des enveloppes, du papier, de l’encre dans votre imprimante et un peu de temps.
Petit à petit, internaute après internaute envoyant lettre(s) après lettre(s), vos missives vont toucher élu après élu,, habitant après habitant, au hasard, telles des gouttes de pluie.
Inexorablement, l’information va inonder le conseil municipal et la ville, jusqu’à la goutte qui fera déborder le vase, et ce sera peut-être celle que vous aurez envoyée.
Vous avez une enveloppe ? Un timbre ?
Alors vous avez le……… P O U V O I R ……
… de dire son fait à toute personne publique.
 
 Éventuellement, vous pouvez recenser votre action au sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir de même, et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

18 octobre 2010

Je soutiens totalement le parler vrai du conseiller général olivier Eyraud

conseiller général Olivier Eyraud - Aujourd’hui, si vous êtes blanc, catholique, que vous avez un travail, que vous payez vos impôts, que vous respectez les règles et autrui, vous êtes redevable de tout et n’avez droit à rien. Nous vivons dans une société où nous ne retrouvons plus les valeurs qui ont fondé notre République, si bien que certains d’entre nous se sentent proprement étrangers chez eux. Nous ne demandons qu’à retrouver notre place dans la société

À monsieur le préfet de l’Ain Régis Guyot

copies à monsieur le président du Département Rachel Mazuir
et à monsieur le conseiller général Olivier Eyraud

Le journal Le Progrès à publié le 07.10.2010 un article intitulé Les écrits d’Olivier Eyraud, élu de Reyrieux, font des vagues. Cet article reprend les propos du conseiller général UMP qu’il avait déjà tenus vis à vis de vous à l’occasion de la présentation par vous, monsieur le préfet, du bilan annuel des services de l’État dans le département. Olivier Eyraud dénonce le paradoxe de la discrimination négative, dans les termes suivants :

« Aujourd’hui, si vous êtes blanc, catholique, que vous avez un travail, que vous payez vos impôts, que vous respectez les règles et autrui, vous êtes redevable de tout et n’avez droit à rien. Nous vivons dans une société où nous ne retrouvons plus les valeurs qui ont fondé notre République, si bien que certains d’entre nous se sentent proprement « étrangers » chez eux. Nous ne demandons qu’à retrouver notre place dans la société. »

Source : leprogres.fr/fr/article/3922199/Le-petit-mot-du-conseiller-general-provoque-un-gros-debat.html (archive pdfimage)

Cet été, dans sa Lettre du conseiller général, l’élu UMP du val de Saône a resservi ces propos à ses administrés, mais cette fois par écrit et en encadré.

L’article du journal Le Progrès signale que les services de la préfecture et ceux du conseil général déclarent avoir reçu, ces dernières semaines, nombre de courriers de citoyens désireux de condamner ces propos.

Monsieur le préfet de l’Ain, afin que vous ne restiez pas sur la fausse impression qu’une majorité de citoyens condamnerait les propos d’Olivier Eyraud je vous signale que je soutiens TOTALEMENT la déclaration de ce conseiller général. Cet homme a le grand mérite d’avoir le profond courage de dire, et mieux encore d’écrire, ce que tout un chacun peut constater, pour peu bien évidemment qu’il ne vive pas dans une tour d’ivoire et qu’il ne soit ni muselé par le politiquement correct ni inféodé, par intérêt électoral ou par simple trouille, aux communautés mises en cause par omission dans la déclaration frappée au coin du bon sens de monsieur Olivier Eyraud.

Je vous prie d’agréer, monsieur le préfet, mes salutations républicaines.

Nom :
Prénom :
courriel :
Adresse :

Signature :


Démocratie Directe

 

Vous avez trois enveloppes ? trois timbres ? (Non ? Courrez en acheter !) Vous êtes plus ou moins blanc ? un minimum catholique ? Vous avez un travail ? Vous payez vos impôts ? Vous respectez grosso-modo les règles et autrui ? Vous êtes redevable de beaucoup de choses mais vous n’avez pas droit à grand chose ?
Alors donnez un coup de main à Olivier Eyraud pour que cessent les discriminations négatives à votre encontre.
Dans quelques minutes, montre en main, vos lettres d’action seront prêtes à être postées.

C’est la nouvelle façon de voter, le vote réflexe citoyen d’information.

1 Imprimer la lettre ci-dessus adressée au préfet Régis Guyot, et deux copies, l’une pour monsieur le conseiller général Olivier Eyraud et l’autre pour monsieur le président du Département Rachel Mazuir.
Par commodité, la lettre vous est proposée ci-dessous en version PDF imprimable directement sur une page :

lettre_regis-guyot_rachel-mazuir_olivier-eyraud
lettre_regis-guyot_rachel-mazuir_olivier-eyraud.pdf

 

2a L’adresse postale du préfet Régis Guyot se trouve à la page

www.ain.pref.gouv.fr/sections/contacts/

2b L’adresse postale du président du département Rachel Mazuir trouve à la page

www.conseil-general.com/conseil-general/conseil-general-ain-departement-01.htm

2c L’adresse postale du conseiller général Olivier Eyraud se trouve à la page

ain.fr/jcms/c_13311/elu-canton-de-reyrieux

3 Mettre les lettres dans les enveloppes, timbrer, poster.

L’envoi de la lettre ci-dessus va être l’occasion d’une vérification expérimentale permettant de déterminer qui, de messieurs le préfet et le président du département ou de monsieur Olivier Eyraud, est dans le vrai. Si vous envoyez les lettres, c’est que vous faites plus ou moins, et même plus que moins, parti des gens décrits par Olivier Eyraud. L’article du journal Le Progrés (voir plus haut) précise que Le préfet Régis Guyot ne fait pas mystère que chaque fois il a répondu par écrit à tous les opposants à monsieur Olivier Eyraud.
Hé bien nous allons voir si monsieur le préfet traite sur un pied d’égalité républicaine les partisans et les opposants à monsieur Eyraud, ou bien s’il… discrimine négativement les blancs, catholiques etc.
Bien préciser lisiblement au bas de votre courrier votre identité, votre adresse postale et attendez de pied ferme… une réponse par écrit du préfet, comme il plastronne l’avoir fait pour les détracteurs de monsieur Eyraud !
S’il se contente de vous répondre par courriel, ou s’il ne vous répond pas du tout, la discrimination négative sera avérée, donnant tout simplement alors entièrement raison à Olivier Eyraud.

Copies du présent courrier étant envoyées à monsieur le conseiller général Olivier Eyraud et à monsieur le président du Département, le décompte des partisans et des détracteurs de monsieur Eyraud pourra avoir lieu lundi 25 octobre en toute transparence lors de la session plénière publique du conseil.
Dans l’article du journal Le Progrès, le président du Département déclare « Je ne sais ni ce que je lui dirai, ni ce que je ferai… ». Pas d’inquiétude, Olivier Eyraud lui posera toutes les bonnes questions concernant le décompte des courriers de soutien à sa position contre la discrimination négative, le président du Département n’aura plus qu’à y répondre.

IMPORTANT
Le samedi précédent la séance plénière du lundi 25 octobre (samedi 23 octobre) vous signalerez par téléphone à monsieur Olivier Eyraud (impossible de trouver son courriel public, s’il en a un) la date à laquelle vous avez posté votre lettre de soutien et si oui ou non vous avez reçu une quelconque réponse, qu’elle soit par courriel ou écrite. Le lundi lors de la séance plénière publique, monsieur Olivier Eyraud aura en main grâce à vous tous les atouts.
On espère qu’il y aura un SITAyen local pour assister à cette séance plénière, qui on le rappelle est publique, et pour nous faire un compte rendu en commentaire.

Voilà, ce n’est pas plus compliqué que ça de s’opposer concrètement au communautarisme anti-français qui mine notre pays..

Éventuellement, vous pouvez recenser votre action au sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir de même, et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

A vos timbres !

En savoir plus: http://www.leprogres.fr/fr/article/3940123/Olivier-Eyraud-deborde-par-l-extreme-droite.html

 

7 octobre 2010

NON bis à la grande mosquée de Metz

blason islamique du futur califat de la ville de Metz, MoselleLa ville de Metz veut sa grande mosquée[non!] Difficile à dire aujourd’hui, tant le projet présente des complexités financières et légales. Une chose est certaine : la municipalité socialiste fera tout pour qu’il aboutisse.[avec une musulmane voilée à la table de la conférence de presse, c’est pas gagné !] (…) Il est possible qu’il y ait des réactions négatives [ce n’est pas «possible», c’est CERTAIN. Ce seront même majoritairement des réactions négatives, et argumentées pour que vous ne puissiez pas dire que vous ne saviez pas] (…) mais rien ne nous fera reculer [Hé bien vous serez simplement éjectés de la mairie, et là encore vous ne pourrez pas dire que vous n’aviez pas été prévenus] (…) sur cette démarche d’intégration [ce n’est pas une démarche d’intégration, c’est une démarche de léchage de babouches et une pathétique tentative de négation de la réalité car l’islam est incompatible avec la république, il ne peut donc pas s’y intégrer, il ne peut que la désintégrer] (…)

La municipalité messine a présenté, hier, l’association de préfiguration d’une future grande mosquée à Metz. Elle regroupe les différentes associations cultuelles. Soutenue par la Ville, elle va dessiner les contours de l’édifice.

Y aura-t-il bientôt une grande mosquée à Metz ?

Après avoir ouvert le dossier il y a un an et demi, elle a présenté, hier, l’achèvement d’une étape majeure : la constitution d’une association de préfiguration, l’union des associations cultuelles et culturelles des musulmans de Metz (UACM). Celle-ci regroupe (…) Nous devons sortir du climat de stigmatisation actuel.

La suite sur
http://www.republicain-lorrain.fr/fr/permalien/article/3883199/
La-ville-de-Metz-veut-sa-grande-mosquee.html
(archives : pdfcopie d’écran)

Une grande mosquée à Metz

Surtout éviter les sujets qui fâchent. Un minaret ? Les financements étrangers ? L’association, liée à l’Algérie, qui ne participe pas au projet ? À régler plus tard ou ne pas en parler du tout. Sous l’égide de la municipalité, cinq associations – trois turques, une algérienne, une marocaine – ont décidé de (…)

La suite sur
http://www.estrepublicain.fr/fr/lorraine/info/3884774-Une-grande-mosquee-a-Metz
(archives : pdfcopie d’écran)

Un maire démocrate et républicain, soucieux de l’avenir tant pour sa commune que pour la France, ne devrait JAMAIS autoriser la moindre construction de mosquée. Il existe une multitude de raisons parfaitement fondées à cela, multitude de raisons que tant les maires que les élus municipaux ignorent le plus souvent, ou parfois préfèrent sciemment ignorer afin de pouvoir dire plus tard « On ne savait pas… ».

Informons les élus, et la population, afin que tous sachent pourquoi il ne faut pas autoriser la construction d’une mosquée et qu’ensemble ils prennent les bonnes décisions.

C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir tinyurl.com/6r4fsu et tinyurl.com/592ezu )

Et c’est très efficace (voir tinyurl.com/c44rvr)


Démocratie Directe

Quoi mettre dans l’enveloppe ?

– Imprimer la première page de l’un des deux articles à propos de la mosquée, cités ci-dessus, directement depuis le navigateur (Fichier [ > Mise en page | Aperçu avant impression ] > Imprimer… > Pages de:1 à:1)

Avec ça le destinataire va comprendre à propos de quoi on lui écrit.

Un timbre tarif « 20 grammes » de base permet d’envoyer au moins deux feuilles, vous pouvez donc rajouter une feuille à votre courrier (recto-verso, soit deux pages). Avec le verso libre de la feuille où vous avez imprimé la première page de l’article, cela fait donc trois pages disponibles sur lesquelles expliquer pourquoi il ne faut pas construire de mosquées.

– Imprimer sur ces trois pages l’argumentaire Construction de mosquées : pourquoi il faut dire NON, http://sitamnesty.files.wordpress.com/2009/03/construction-de-mosquees-pourquoi1.pdf.

Pour imprimer ce document pdf en trois pages seulement, ne pas imprimer la page de garde (qui ne contient guère que le titre)

Si vous le souhaitez, vous pouvez imprimer d’autres argumentaires à la place

– soit en trois pages eux aussi (voir la rubrique Argumentaires sitamnesty.wordpress.com/argumentaires au paragraphe Documents en 3 pages).

– soit vous pouvez bien entendu aussi imprimer un argumentaire en seulement une page, ou seulement deux pages, ou panacher en trois pages = 1 page + 2 pages etc. comme il vous plaira (voir les divers argumentaires proposés).

Qui sont les destinataires ?

En priorité les élus, et ensuite optionnellement les habitants.

Les noms des élus municipaux se trouvent sur la page
http://www.mairie-metz.fr/metz2/municipalite/cyber_mairie/organigramme/elus_photos.php
(ou elections.lefigaro.fr 2008 Metz A, B et C)

L’adresse postale de la mairie se trouve sur la page des mentions légales :
http://www.mairie-metz.fr/metz2/commun/mentions.php

On peut aussi éventuellement rechercher l’adresse publique personnelle des élus sur les pagesblanches.fr de l’annuaire du téléphone tant il est vrai que l’on réfléchit bien mieux seul et chez soi aux conséquences de ses décisions.

Mettre les deux feuilles dans une enveloppe, écrire le nom et l’adresse du destinataire, timbrer et poster.

Voilà, ce n’est pas plus compliqué que ça d’expliquer aux élus pourquoi il ne doivent pas se rendre responsables et coupables de certaines erreurs à ne surtout pas commettre. Ils ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas…

Vous avez une enveloppe ? Un timbre ?
Alors vous avez le……… P O U V O I R ……
… de dire son fait à toute personne publique.

Option « Informer la population »

On note une étrange tendance récurrente des élus, toutes villes et toutes tendances confondues, à ne faire que le minimum syndical pour l’information des riverains lors d’un projet de construction de mosquée dans leur quartier alors pourtant que ces riverains sont bien évidemment concernés au premier chef. D’ailleurs il ne vient même jamais à l’idée des élus de consulter les riverains pour savoir s’ils veulent ou non d’une mosquée, à croire qu’ils n’ont pas confiance en la démocratie, hormis pour se faire élire et en faire ensuite à leur guise au mépris des habitants.

Puisqu’on ne peut pas compter sur les élus pour faire le travail d’information et de consultation pour lequel ils sont pourtant payés, on va le faire à leur place, toujours avec la même méthode citoyenne de tractage postal. La lettre destinée à la population sera la même que celle destinée aux élus, ne reste qu’à trouver les noms et adresses postales des riverains du projet.

Une fois informés, on peut compter sur les habitants pour aller demander des comptes à leurs élus.

Là encore c’est très simple.

On trouve dans les articles et sur le site de la mairie de Metz des indications suffisantes pour déterminer les noms des rues à proximité potentielle de ce projet de mosquée :

Mon rêve serait que la mosquée soit proche d’une église et d’une synagogue
Il faut donc qu’elle soit assez proche d’une église ou d’une synagogue

A Villejuif aussi la demande était la même, avec des arguments différents. La proximité c’est plus pratique en babouche pour la baston à l’issue d’un prêche du vendredi, comme en égypte contre les coptes.

Vous trouverez les adresses des églises de Metz sur la page metz.fr/metz2/quotidien/culte/paroisse.php
et les adresses des synagogues sur la page metz.fr/metz2/quotidien/culte/synagogue.php

Pages 59 à 62 (copie d’écran) du compte-rendu du conseil municipal du 29 septembre 2005 [archive pdf 14 Mo]

Le nom de la rue est suffisant pour trouver noms et adresses postales des habitants de la rue, grâce à l’annuaire du téléphone pagesblanches.fr : indiquer le nom de la rue, le nom de la ville, cliquer sur Trouver et l’annuaire vous donne la liste des nom-adresse de tous les habitants de la rue.

Vous pouvez ensuite trouver les noms de rues voisines en cliquant sur le service cartographique de l’annuaire (lien Plan sous les noms)
Si vous préférez, utiliser n’importe quel autre service cartographique indépendant, tel maps.google.fr ou Viamichelin.fr par exemple, en indiquant de même le nom de la rue et la ville.

Le plan permet de voir les rues voisines et donc d’obtenir, de proche en proche via l’annuaire, tous les nom-adresse de tous les habitants de toutes les rues riveraines du projet de mosquée. Cela va permettre d’informer le plus grand nombre possible de riverains.

Les représentants de quartiers sont des habitants particulièrement intéressants à informer puisqu’ils sont un lien supplémentaire entre les élus et les habitants. Vous trouverez leurs noms en tête des différents compte-rendu des comités de quartier disponibles sur le site de la ville de Metz. Vous trouverez leur adresse postale publique personnelle sur les pagesblanches.fr de l’annuaire du téléphone.

Vous pouvez bien évidemment répéter l’opération à volonté :-) tant que vous avez des timbres, des enveloppes, du papier, de l’encre dans votre imprimante et un peu de temps.

Petit à petit, internaute après internaute envoyant lettre(s) après lettre(s), vos missives vont toucher élu après élu, représentant de quartier après représentant de quartier, habitant après habitant, au hasard, telles des gouttes de pluie.

Inexorablement, l’information va inonder le conseil municipal et la ville, jusqu’à la goutte qui fera déborder le vase, et ce sera peut-être celle que vous aurez envoyée.

Pas de timbre, ni d’enveloppe, ni d’imprimante ? Grosse flemme ?

Bien que cela soit éminemment moins efficace que par tractage postal, vous pouvez participer par courriel, voir sitamnesty.wordpress.com/sita-par-courriels

L’URL court tinyurl.com à indiquer dans votre courriel pour le présent article est tinyurl.com/mosquee-de-metz

Éventuellement, vous pouvez recenser vos actions au sitathon.blogspot.com afin d’inciter d’autres internautes à agir de même, et vous inscrire à la lettre d’information alertes-sita.blogspot.com pour être averti des prochaines actions.

Informations complémentaires :

 

 

 


-

-
-



22 septembre 2010

Limoges: Forsane Alizza ou le jihad pour les nuls.

Filed under: Chefs-d'oeuvres en péril,Il ne faut pas en rire,Islamoppostion — Sitavirus @ 4:20
Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

 

« Les Cavaliers de la Fierté »  Galerie de photos

 
À Limoges, nous avons vu, ce vendredi, le spectacle à peine croyable, en plein centre-ville, entre 17 et 18 heures, d’un homme, mégaphone à la main, qui lance des appels à la guerre civile, au jihad, cite Christine Tasin, affirme qu’il y a entre 10 et 15 millions de musulmans en France, les incite à se révolter contre les Français, qualifiés de « fumiers », attribue le 11 septembre aux Juifs, qualifie la loi contre le voile intégral de raciste, affirme ne pas reconnaître notre code pénal, incite les musulmans à le brûler, etc. Un discours, suivi par plusieurs dizaines de disciples, qui ne pouvait qu’effrayer les paisibles habitants de cette ville. Comme si cela ne suffisait pas, ils ont dû, en plus, subir une manifestation, avec des slogans réclamant le droit de porter le hijab et la burqa !
Suite et source: Riposte Laique

 
siratalizza.canalblog.com

 Salamou 3alaykoum Wa Rahmatou Allah Wa Barakatouh

 

 Forsane alizza, les cavaliers de la fierté.
 
 
 
 

Cortex, en pleine crise coranique-ta-mère s’en prend aux  » Sushi   » car personne ne lève les yeux sur sa femme qui est trop moche pour ça…
 

 

 

Z’ont pas compris que la seule chance qui leur restait encore
était de se faire le plus discrets possible…

Chevalier croisé - DjihaD - Je te Vois et Vais Lever Contre Toi Une Satanée Croisade.
Image : Cartomaton

  

 
 

13 septembre 2010

Les islamistes, la halde et la crèche de Chanteloup-les-Vignes.

 

  

 Action SITA
   
Après avoir aider les fervents de la charia à en faire un centre puéricultrice d’idéologie islamique,  la halde désire se sortir de l’affaire brûlante dite  de  » la  crèche de Chanteloup-les-Vignes  »  
 

 

La Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité, également connue sous son acronyme Halde est une autorité administrative  parasitaire spécialisée dans les discriminations dont les activités sont soumises à une direction occulte qui réunit des personnalités peu enclins aux restrictions budgétaires. 

Chanteloup-les-Vignes: les islamistes veulent imposer la charia à la crèche.  

Le voile qui déchire Baby Loup 

La survie de cette crèche modèle de Chanteloup-les-Vignes est menacée par une ex-salariée voilée qui avait reçu le soutien de la Halde. Jusqu’à l’arrivée de Jeannette Bougrab.  

C’est une crèche unique en France, ouverte 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7, afin que les parents puissent travailler en horaires décalés. A Chanteloup-les-Vignes, commune des Yvelines où le taux de chômage frôle les 20%, Baby Loup est une bouée de sauvetage pour un grand nombre de familles modestes. Notamment pour toutes ces mères qui élèvent seules leurs enfants et n’auraient pu conserver les emplois peu qualifiés qu’elles parviennent à décrocher, souvent tard le soir ou tôt le matin. Installée au coeur de la Cité de la Noé (célèbre pour avoir servi de cadre au film La Haine de Mathieu Kassovitz), Baby Loup accueille en permanence une bonne trentaine d’enfants de toutes nationalités. Ce petit miracle qui dure depuis vingt ans serait aujourd’hui menacé par un conflit entre la direction de la crèche et une salariée, qui veut faire de son licenciement une affaire de discrimination contre le port du voile islamique. Et a trouvé sur sa route l’appui inespéré de la Halde. 

Petit retour en arrière. Baby Loup a été créée en 1990 avec le soutien actif du maire de Chanteloup-les-Vignes, Pierre Cardo. Premier maire de droite à parler haut et fort des banlieues, Cardo a toujours voulu faire de sa ville, banlieue dortoir des travailleurs de l’automobile, un modèle de cohabitation entre cultures et religions. L’idée de la crèche revient, selon lui, à un groupe de femmes du quartier qui souhaitaient non seulement que les enfants puissent être accueillis toute la journée, mais aussi que des formations aux métiers de la petite enfance soient dispensées sur place. La structure voit le jour et Natalia Baléato, une femme énergique d’origine chilienne, est recrutée pour la piloter. Elle est assistée, entre autres, de Fatima Afif, qui veut devenir éducatrice. Fatima se forme et, en 1998, devient directrice adjointe. Fin du premier acte.

En décembre 2008, à l’issue d’un congé parental de cinq ans, après deux grossesses, Mme Afif revient voilée en noir de la tête aux pieds. Seul son visage est découvert. Cherchet- elle la rupture ? Elle annonce d’emblée que sa tenue «n’est pas négociable» bien qu’elle sache que le règlement intérieur l’interdise. C’est le clash. Natalia Baléato n’en finit pas de raconter cette journée cauchemardesque du 9 décembre 2008, où son ex-bras droit s’est muée en ennemie, multipliant insultes et provocations au milieu des enfants. «Toi et tes grands principes, j’en ai marre!» crie-t-elle. Ou encore: «Ferme-là! Qu’est-ce que tu connais de l’islam?» Licenciée pour insubordination et faute grave, Fatima Afif n’en reste pas là. Elle monte les autres salariées de Baby Loup contre la direction, en appelle à la solidarité entre musulmans, saisit la Halde et les prud’hommes.  

L’année 2009 se déroule sous haute tension: arrêts maladie intempestifs et refus de travailler de certains personnels, qui tentent d’imposer leur voile, demandes de faire faire les prières aux enfants… Les parents se divisent. Le fragile consensus pour «maintenir un espace de neutralité et sauvegarder le vivre ensemble», dixit la direction, menace de voler en éclats. Les tensions sont telles que la direction de Baby Loup doit faire appel à des consultants extérieurs pour gérer les 20 salariés. En mars, coup de tonnerre: la Halde donne raison à Fatima Afif. «Le principe de neutralité ne s’applique pas à Baby Loup», structure privée qui ne remplit pas un «service public», écrit la haute autorité. Un avis qui pourrait peser lourd le 12 octobre lorsque les prud’hommes examineront la demande de dédommagement de 80000 euros déposée par Mme Afif. 

Depuis, c’est le branle-bas de combat chez les partisans de Baby Loup: la crèche a pris un nouvel avocat, la directrice multiplie les interviews, Elisabeth Badinter, marraine de l’association, remue ciel et terre. A peine arrivée à la Halde, Jeannette Bougrab prend le contre-pied de son prédécesseur et promet une nouvelle délibération. 

Au-delà de la survie de la crèche, l’affaire Baby Loup a braqué les projecteurs sur une réalité peu réjouissante: la mainmise croissante des radicaux musulmans sur les quartiers, ici et ailleurs. Embarrassée, la mairie de Chanteloup aurait bien aimé que Mme Baléato soit plus conciliante et que ce conflit reste une banale querelle entre une salariée et son employeur. L’image de la ville en prend un coup. Pourtant, plaide-t-on dans l’entourage du maire UMP, Catherine Arenou, s’il y a bien «quelques tentatives de radicalité», quelques burqas ici ou là, «il est faux de penser que la ville entière est sous le sceau des barbus ».  Source:  http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/09/10/01016-20100910ARTFIG00404-remous-a-la-halde-jeannette-s-en-va-en-guerre.php 

 Dès 1991, Fatima Afif est recrutée comme assistante maternelle. Arrivée du Maroc à l’âge de 3 ans, Fatima est une figure du quartier, le genre dont on dit qu’elle a « la tchatche « – en clair, une  » grande gueule « . Baby Loup finance sa formation, au terme de laquelle elle obtient, en 1997, un diplôme d’éducatrice jeune enfant. Elle est alors embauchée comme directrice adjointe. Entre-temps, elle a épousé un jeune homme du quartier « entré en religion ». 

Consultant, Aziz Bentaj est souvent intervenu sur la commune à la demande de Pierre Cardo. Ce garçon bardé de diplômes a observé les mutations souterraines de nos banlieues. « Personne n’a rien vu venir parce que personne ne voulait voir, explique-t-il.A partir du moment où le mythe du retour a cessé de fonctionner, le rapport au pays d’accueil a changé, alors même que l’Etat lâchait prise. Et des groupes structurés, proches des salafistes ou des Frères musulmans, ont commencé à labourer le terrain pour prendre possession de l’espace public.» En clair, la politique des grands frères, qui consistait à promouvoir les plus remuants animateurs ou médiateurs, a fait long feu, laissant place à une tolérance passive pour les Frères tout court. Catherine Arenou, qui a succédé à Pierre Cardo à la tête de la municipalité, s’insurge contre cette lecture : « Nous n’avons pas la moindre complaisance pour les mouvements islamistes, d’ailleurs, ils ne sont pas très présents à Chanteloup. » Puisqu’on vous dit qu’il n’y a rien à voir. 

Le foulard islamique que Fatima s’est mise à porter suscite quelques tensions avec Natalia : « On ne peut pas transiger sur la neutralité. Je n’ai rien contre aucune pratique ou croyance, mais les enfants doivent apprendre qu’ils peuvent choisir. » Parmi les employées, plusieurs portent le hidjab, mais ne font aucune difficulté pour l’enlever pendant leur travail.» Lorsque je suis en sortie avec les enfants, on me reproche parfois de ne pas être une bonne musulmane parce que je l’enlève, mais ça m’est égal » , confie Gul. Fatima prétend aujourd’hui que son voile n’a jamais posé de problème. « Elle jouait à cache-cache avec le foulard et le règlement intérieur de la crèche, explique Natalia,et je ne passais pas mon temps derrière elle, mais je lui demandais régulièrement de le retirer. « Mais pourquoi en fais-tu une telle affaire, ce n’est qu’un bout de tissu »  répliquait Fatima, qui finit par récolter un avertissement. En 2001, elle part en congé maternité. Son absence, au cours de laquelle elle cumule deux grossesses et deux congés parentaux d’éducation, dure six ans durant lesquels elle passe du hidjab au jildeb. Quelque temps avant la date prévue pour son retour, Fatima interroge les unes et les autres, multiplie les critiques, s’étonne que l’on ait embauché tant de « Françaises » en son absence. » Elle essayait de semer l’embrouille », résume Elodie, directrice adjointe et déléguée du personnel. La version de Fatima, jointe par téléphone au Maroc, est toute différente : « Je sentais que je n’avais plus ma place à Baby Loup », dit-elle dans un flot de paroles dont il ressort que Baby Loup, c’est elle. « Demandez, dans le quartier, tout le monde me respecte, répète-t-elle.J’étais devenue dérangeante parce que j’avais pris trop d’importance. » Elle remarque que les enfants accueillis à Baby Loup sont majoritairement musulmans.« Des femmes voilées, ils en voient toute la journée, alors où est le problème ? » Sympathique, volubile, contente d’elle, Fatima, c’est le genre « pétroleuse voilée ». 

A l’automne 2008, Fatima tente de négocier son départ et demande des indemnités, qui lui sont refusées. A partir de là, les récits divergent. Natalia affirme qu’elle a refusé d’enlever son voile, ce que Fatima nie. En tout cas, son retour, en décembre, se solde par une altercation violente avec Natalia et une partie de l’équipe, au point qu’elle récolte une mise à pied immédiate. Elle refuse de quitter les lieux.« Essaie d’appeler la police et je mobilise toutes les voilées du quartier », aurait menacé la récalcitrante. Dans les semaines qui suivent, elle organise des réunions, sollicite des attestations de ses anciennes collègues. » Elle m’a demandé d’écrire que toutes les salariées de Baby Loup travaillaient avec le voile, explique Maya, femme de ménage, dans un témoignage adressé au tribunal.Je lui ai dit que ce n’était pas vrai, mais elle m’a répondu que même si ce n’était pas vrai, je devais l’écrire car, entre musulmans, il ne faut pas se trahir. » Elle travaille les parents au corps, faisant courir sur la crèche et sa directrice des bruits de plus en plus déplaisants : non seulement elle n’aime pas l’islam, mais elle s’en met plein les poches. Au sein du personnel, elle parvient à créer une véritable scission. Les congés-maladie se succèdent, obligeant la crèche à refuser des enfants, à la grande colère des parents. Certains réclament que l’on serve de la viande halal, d’autres que l’on réveille les marmots pour la prière. Quelques-uns tentent de faire un putsch lors de l’assemblée générale de l’association, ouverte à tous. En vain, mais l’ambiance devient pesante. 

Au conseil des prud’hommes de Poissy, que Fatima a contacté dès le début des hostilités, on lui a, dit-elle, suggéré de saisir la Halde. La dernière décision de Louis Schweitzer, en mars 2010, sera de lui donner raison au prétexte qu’on ne saurait, dans un espace privé, « prévoir une interdiction générale et absolue à la liberté religieuse ». Pour la laïcité, vous repasserez. Pour les islamistes du quartier, c’est un triomphe. Les partenaires de Baby Loup, collectivités et organismes publics, semblent de plus en plus gênés aux entournures. « Ne parle pas de l’islam et de la laïcité », susurre-t-on à Natalia. « Natalia est formidable, mais elle est fatiguée », lâche Pierre Cardo, qui s’est cependant fendu d’un courrier de soutien adressé à la Halde. Plutôt que d’une affaire de voile, l’ancien maire préfère parler d’un conflit de personnes entre « une hyper-laïque et une femme qui instrumentalise la religion dans un conflit privé ». 

Le 27 mai 2010, la municipalité organise une réunion avec tous les acteurs concernés pour évoquer les problèmes de Baby Loup. A en croire Aziz Bentaj, qui accompagne Natalia, elle tourne au procès stalinien. « L’essentiel pour eux était de ne pas cristalliser l’affaire sur le fait religieux », précise Bentaj. On lui reproche d’avoir monté cette affaire en épingle. Catherine Arenou s’indigne : « Je me démène pour assurer la pérennité financière de Baby Loup. » Curieusement, la thèse des institutionnels devient aussi celle de Fatima. « Si Baby Loup va mal, c’est à cause de Natalia et de ses méthodes », affirme-t-elle aujourd’hui. De l’islam et du voile il n’est presque plus question. On se demande alors ce que la Halde est venue faire dans cette galère.  

Source: http://www.lepoint.fr/societe/la-creche-qui-relance-l-affaire-du-voile-15-07-2010-1217474_23.php 

Vous désirez demander, entre autres , des comptes (…) à la HALDE , sur le surprenant volte-face de cette comédie financée en partie avec vos impôts ?
 
C’est très simple avec la méthode Amnesty International SITA : une lettre dans une enveloppe timbrée, envoyée par la poste (voir
http://tinyurl.com/6r4fsu  et tinyurl.com/592ezu ) Et c’est très efficace (voir http://tinyurl.com/2f8dt7z  

Démocratie Directe 

 

– Quoi mettre dans l’enveloppe?
 
 
 
 
 
 
 

 

 Un courrier,  il tient en deux  feuilles (recto / verso) =  quatre pages (pdf)  >>>>> et se trouve >>>>> ici >>>> halde_baby_loup

–  À qui envoyer le courrier  ?

1) La HALDE (La Haute Autorité de lutte contre les discriminations ) On peut trouver l’adresse postale de la HALDE sur cette page web: http://www.halde.fr/Informations-legales.html  / Rubrique  « Propriétaire  »  

2) Catherine Arenou maire de la commune de Chanteloup-les-Vignes. On peut trouver l’adresse postale de la mairie sur cette page web:
http://www.conseil-general.com/mairie/mairie-chanteloup-les-vignes-78570.htm   

3) Conseil de prud’hommes de Poissy. On peut trouver l’adresse postale sur cette page web: http://www.ca-versailles.justice.fr/index.php?rubrique=10869&ssrubrique=10960    

4) Vous pouvez éventuellement contacter les riverains de la crèche Baby Loup  (Cité de la Noé) – grâce aux Pages Blanches de l’annuaire Pour les trouver on procède ainsi: on laisse les rubriques « NOM et PRÉNOM »  vides  puis à la rubrique  OÙ on indique « pl Trident 78570 CHANTELOUP LES VIGNES »   Il ne reste plus qu’à cliquer sur « trouver »  et vous devriez obtenir l’adresse postale des riverains de la crèche .  — Difficile à comprendre ?  =   il suffit de regarder, ci-dessous, l’image explicite des instructions décrites ci-dessus. 

5) OPTION >>>>  Vous pouvez apporter votre soutien à la directrice de la crèche : Natalia Baléato qui se bat contre l’islamisation forcenée de ce lieu pédagogique ouvert aux plus démunis. . On peut trouver l’adresse postale de la crèche sur cette page web: http://www.bebe-creche.fr/L00006381-78570-ETABLISSEMENT-POLYVALENT-BABY-LOUP-CHANTELOUP-YVELINES.html  

Vous avez une enveloppe ? Un timbre ? Alors vous avez le……… P O U V O I R …… … de dire son fait à toute personne publique.

Votre courrier est prêt, il ne vous reste plus qu’ à le timbrer et à le poster . Si vous le souhaitez  vous pourrez  aussi suivre les consignes facultatives suivantes. 

– Invitation au sitathon 
Éventuellement, vous pouvez recenser vos actions au Sitathon,
http://sitathon.blogspot.com/ afin d’inciter d’autres internautes à agir ainsi et vous inscrire à la lettre d’information http://alertes-sita.blogspot.com/  pour être averti des prochaines actions.