Sitavirus Pandémie.

5 mars 2011

Tunisie: l’islamisation est en marche.

DISCOURS DES DIRIGEANTS D’ENNAHDA ET INSTRUMENTALISATION POLITIQUE DES MOSQUEES PAR DES ISLAMISTES (sic)

 

 
Rached Ghannouchi et les autres dirigeants islamistes tiennent un discours mettant en avant leur conversion à la démocratie, aux droits humains auxquels ils se sont référés pour dénoncer la dictature de Ben Ali et la répression dont ils étaient la cible, la nécessité d’un pluralisme  politique  où tout le monde aura sa place, des communiste au islamiste en passant par toutes les formations politiques laïques et religieuses. Ils donnent l’exemple de l’AKP en Turquie où les islamistes ont remporté des élections et dirigent le pays dans le cadre d’un système laïque qu’ils ne remettent pas en cause. Pendant ce temps, des imams islamistes, dont plusieurs se réclament de leur mouvance, profitent du discrédit des imams RCD pour les chasser et s’autoproclamer imams à leur place. Avant le 14 janvier, ils dénonçaient, à raison et avec beaucoup de croyants et des militants laïques de tous bords, l’instrumentalisation de la religion et des mosquées par le régime de Ben Ali au profit de sa politique et contre ses adversaires islamistes, communistes et défenseurs d’une démocratie respectueuse des droits humains, en y voyant une forme de profanation de la religion. Or, non seulement les imams islamistes font la même chose que les imams du régime de Ben Ali en donnant à leurs prêches une orientation politique manipulant les sentiments religieux, instrumentalisant et profanant la religion, mais ils développent des thèmes qui contredisent ouvertement le discours de Rachid Ghannouchi et du mouvement Ennahda au point que certains croyants ont protesté à raison : « Mais nous sommes où ? En Tunisie ou en en Arabie Saoudite ? » En effet, les prêches des imâms islamistes sont la reproduction des discours traditionnels des mouvements islamistes qui réclament « l’application de la sharî’a » – sans savoir ou préciser les implications de cette revendication -, fustigent la laïcité, les droits des femmes, l’enseignement laïcisé et occidentalisé, les idéologies matérialistes et nihilistes, etc.  Non seulement nous sommes loin de la conversion à la démocratie et aux droits humains et du modèle de l’AKP qui accepte la laïcité,  mais on est également loin de l’appel d’un Abdelfattah Mouro, qui a certes fait dissidence avec le mouvement de Rachid Ghannouchi, à neutraliser politiquement les mosquées. Le problème, c’est que Rachid Ghannouchi et ses camarades ne disent rien sur ce qui se passe au nom de leur credo politique dans les mosquées depuis le 14 janvier. Ils ne peuvent pas tenir longtemps le discours de la conversion à la démocratie et aux droits humains et se taire sur ce qui se fait dans les mosquées, que ce soit par leurs militants ou par d’autres qui se réclament du même credo qu’eux.  Il ne peut pas  se réclamer de l’exemple de l’AKP et continuer à tenir les propos de Rachid Ghannouchi vilipendant la laïcité et vouant aux gémonies les laïques (comme dans son pamphlet consacrée à la laïcité et à la société civile : Muqârabât fî al-‘almâniyya wa’l-mujtama’ al-madanî, sans parler de ses écrits d’avant sa conversion à la démocratie).
La révolution que connaît la Tunisie plus d’un siècle et demi après le Pacte Fondamental,  plus d’un demis siècle après l’indépendance et la proclamation de la République avec une constitution qui garantie la liberté de conscience, un code du statut personnel et un droit séculiers, ne peut pas maintenir les incohérences sur lesquelles jouent les conservateurs de tous bords pour chercher à remettre en cause les acquis de la sécularisation et de la modernité. Il est temps de mettre la religion et les lieux de cultes à l’abri de toute instrumentalisation, de garantir réellement et à tou(te)s les citoyen(ne)s, sur  un pied d’égalité, une totale liberté de conscience. Pour cela, l’Etat, le droit, les pouvoirs et les services publics doivent être religieusement et philosophiquement neutres. Les gouvernements et les partis politiques doivent défendre et assumer leurs choix et programmes sans les faire passer au nom de ce qui relèvent des libertés fondamentales qui doivent être garanties à tout un chacun. La laïcité qui est la base du système turc dans le cadre duquel l’AKP est au gouvernement, ne veut pas dire autre chose.
COMMENTAIRES ET REPONSE :
Salah Zeghidi
ghanouchi a été clair dans son intervention sur Nessma ;par delà ses circonvolutions « doucereuses » : selon lui ,l’Islam est obligatoirement à la fois religion et politique , et «  ceux qui pensent que l’Islam pourrait -être réduit à seulement un rite et un culte SE TROMPENT LOURDEMENT…. » (fin de citation)……l’offensive des intégristes commence ! a nous de savoir ce qu’on doit faire pour contrer cette offensive …Et dans l’immédiat, nous devons nous mobiliser pour exprimer notre refus absolu de toute légalisation d’un parti religieux, contraire à la Constitution et à la Loi sur les partis politiques …. LA LEGALISATION D’UN PARTI RELIGIEUX RECLAMANT UN ETAT THEOCRATIQUE FONDE SUR L’APPLICATION DE LA CHARÎA ISLAMIQUE EST ANTI CONSTITUTIONNELLE ET ANTI DEMOCRATIQUE … La légalisation d’un tel Parti est de nature A PERVERTIR LE PROCESSUS DEMOCRATIQUE et A CONTRIBUER A L’INSTAURATION D’UN NOUVEAU REGIME DESPOTIQUE ,absolument adversaire des libertés religieuses ,civiles et politiques….Sortir du des despotisme de Ben Ali pour tomber dans le despotisme religieux de Ghanouchi ,ce serait la plus abominable des choses qui nous arriverait , ce serait la plus grosse des conneries !…Etre démocrate ,c’est dire : PAS DE PARTI POLITIQUE RELIGIEUX ….Ennahdha DOIT SE TRANSFORMER EN PARTI POLITIQUE NON RELIGIEUX ,c’EST A DIRE ROMPRE AVEC SON PROJET D’ETAT THEOCRATIQUE et ROMPRE AVEC LA CHARîa islamique
H.Larbi :
Merci Cherif: Très bon texte que je diffuse de suite. Je viens d’avoir le même son de cloche d’amis en Tunisie. Ils ont eu à faire au même type d’obscure imam qui sort du néant. Ils ont dû quitter la mosquée la première fois mais le second jour ils étaient obligés de le chasser … Je ne pense pas qu’il y ait beaucoup de gens qui auraient fait la même chose d’où la vigilance que tu prônes si bien. Il faut aussi mettre les dirigeants d’Ennahdha au pied du mur: dénoncer ces obscurantistes ou se démasquer !.
Il me semble que le gouvernement en place est dépassé: mauvais choix des gouverneurs, les vieux du Destour de Bourguiba se sont repositionnés, beaucoup de conseillers au Pm et aux ministères sont des anciens du régime déchu (j’en connais qui sont de bons technocrates mais je ne fais pas confiance à des gens qui ont fermé les yeux pendant des années sue un pillage systématique de l’Etat et l’oppression du peuple, etc.). Là aussi vigilance, vigilance.
Je ne comprends pas non plus que font les partis politiques d’obédience démocratique (de gauche modéré surtout): il faut qu’ils se mettent au travail: recrutement de membres et de cadres, préparation de programmes pour les élections, implantation régionale, etc. Ma grande peur est que le RCD, sous d’autres formes, et Ennahdha (dont les militants sont disciplinés et travailleurs), ramassent la mise aux élections. Il faut qu’ils arrêtent de déblatérer et de suite se mettre au travail. Il faut que l’on en discute. Je suis près à aider bénévolement et à tout moment mais je ne vois qui pour le moment !
Asma Kouki quand quelques tendances démocratiques de gauche gobent le discours de R.Ghanouchi je me dis soit ils sont naïfs, soit ils font de tous sauf de la politique pour tenir un discours pro-islamistes.
Majid Ellouze je confirme l’occupation des mosquées par les islamistes
Cherif Ferjani begin_of_the_skype_highlighting     end_of_the_skype_highlighting
J’ai reçu des mails d’amis qui ne sont pas FB qui confirme l’ampleur du phénomène de prises des mosquées. Ils font état de cas où les gens ont réagi en quittant les mosquées, d’autres cas où ils ont chassé l’imam, mais la plupart des temps,… les gens n’osent rien dire ou faire ! Le problème, c’est le silence du pouvoir, des médias et des autres expressions politiques et sociales qui ne réagissent pas. La bataille pour la séparation du politique et du religieux ne peut pas se réduire à des discours théoriques, mais sur le terrain et en rapport à ce qui se passe au quotidien dans la vie des gens. Je n’ai aucune illusion sur Ghannouchi. Ce que vous dites au sujet de sa déclaration sur Nesma TV … montre la duplicité de son discours et c’est ce que nous devons nous attacher à montrer avec des faits concrets pour en convaincre l’opinion publique (et nous pour nous convaincre nous-mêmes) : Nous devons analyser les discours des leaders islamistes pour en montrer l’incohérence, les contradictions, la duplicité avec des exemples concrets (et il y en a) pour qu’on ne nous accuse pas de faire des procès d’intention ; il faut aussi confronter leurs discours avec ce qui se fait par leurs militants ou par des gens qui se réclament de leur credo, les mettre au pied du mur et leur demander de se prononcer clairement pour ou contre ces pratiques (dont ce qui se passe dans les mosquées).
La question de l’interdiction d’un parti pour ses idées et non pour des faits prohibés par la loi me semble une porte ouverte à la limitation de la liberté d’opinion qui a servi et qui peut servir contre les islamistes et contres d’autres courants qui peuvent aussi être considérés comme une menace à la démocratie : les anarchistes, ceux qui prônent la dictature du prolétariat et considère les droit humains et la démocratie comme « une mystification bourgeoise », etc. Pour les islamistes, comme pour les autres courants, le meilleur moyen pour combattre leurs conceptions antidémocratiques est le débat, la confrontation sur des questions concrètes : droits humains, liberté de conscience, neutralisation des mosquée et de la religion qui ne doivent être instrumentalisées par quelque parti et quelqe pouvoir que ce soit, enseignement, recherche et créations culturelles à l’abri de toute contrainte idéologique (religieuse ou autre). C’est ce qui a amené le christianisme politique à évoluer vers la « démocratie chrétienne », évolution que revendiquent aujourd’hui certains mouvements islamistes dont l’AKP turc, le PJD marocain, leur équivalent en Syrie. La Tunisie, ne peut pas être le seul pays au monde à interdire des partis politiques parce qu’ils se réclament de la religion. Evidemment, dans le débat et la confrontation avec ces mouvements, ils faut dire clairement que la revendication d’un Etat islamique, de l’application de la sharî’a  (slogan fourre-tout qui ne veut rien dire par lui-même, car la conception de la sharî’a chez Mahmoud Muhammad Taha n’a rien à voir avec celle de Tourabi ou Ghannouchi ou des Taliban, à titre d’exemples), ou d’une conception englobante de l’islam proclamé comme POLITIQUE ET RELIGION , est incompatible avec la démocratie. En outre, l’interdiction par la loi d’un parti, ne résout pas le problème : Les islamistes peuvent se constituer en parti politique qui ne se réfère pas officiellement à la religion ( c’est d’ailleur la raison pour laquelle ils ont renoncé à l’appellation MTI pour ENNAHDA) et continuer dans la pratique et dans les mosquées à œuvrer pour des objectifs religieux plus ou moins secrètement. Les démocrates et les défenseurs des droits humains partisans de la laïcité doivent débattre sereinement, sans surenchères et anathème de ces questions pour définir une stratégie cohérente et crédible en sachant que la question est complexe et qu’il est difficile d’arriver à une attitude tranchée sur la question : on y est jamais arrivée ailleurs, nous ne ferons pas exception … L’essentiel est que nous restions unis sur l’esentiel et que relativisions nos divergences.
Source: http://tinyurl.com/6edgf7d   archives

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire »

Aucun commentaire pour l’instant.

RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :