Sitavirus Pandémie.

29 octobre 2010

Claire Donnizaux: « non à l’islamisme » c’est mal ?

 

Selon la procureure de 32 printemps Claire Donnizaux du TGI de Paris dire « non à l’islamisme » est un délit puisqu’elle réclame deux mois de prison avec sursis, un an d’inéligibilité et une amende de 20.000 euros contre Jean-Marie Le Pen pour avoir, par des affichettes de campagne diffusées sur internet, soit disant incité à la haine envers la population musulmane et les personnes d’origine algérienne.

 

 

Si dire « non à l’islamisme » est un délit, c’est que c’est mal.
Si dire « non à l’islamisme » est mal c’est que dire « oui à l’islamisme » c’est bien.

Si vous n’êtes pas convaincu par cette déduction, comparez donc les deux slogans suivants bâtis exactement sur le même parallèle que le slogan précédent : « oui au nazisme » & « non au nazisme »
Dire « oui au nazisme » c’est mal.
Dire « non au nazisme » c’est bien.
C’est pas compliqué à comprendre.

Donc reprenons : dire « oui à l’islamisme » c’est bien.
Sauf que, euh…

  • l’islamisme c’est Ben Laden qui menace de trancher la tête des français, or trancher la tête des gens c’est mal.
  • l’islamisme c’est la burqa, or la burqa c’est interdit en France, donc la burqa c’est mal.
  • l’islamisme c’est la guerre civile en Algérie, importée chez nous lors des attentats de 1995 au métro saint Michel, or la guerre et les attentats c’est mal.
  • l’islamisme c’est de construire des minarets en suisse pour faire un doigt d’honneur géant et permanent aux suisses, or les minarets c’est interdit en suisse, parce que faire un doigt d’honneur aux suisses c’est mal.
  • Donc reprenons : dire « oui à l’islamisme » c’est bien, sauf que c’est mal.
    Voilà un raisonnement qui est manifestement idiot !

    Pourquoi ? Parce que dire « oui à l’islamisme » c’est dire oui à ben laden, c’est dire oui à la burqa, c’est dire oui à la guerre, c’est dire oui aux attentats, c’est dire oui aux doigts d’honneur architecturaux permanents, or dire oui à tout ça c’est évidemment MAL, c’est une évidence évidente, pour tous le monde.

    Donc dire « oui à l’islamisme » c’est idiot.

    Ca aussi c’est une évidence évidente, pour tous le monde.

    Même pour Claire Donnizaux !

    Il est totalement évident que confrontée à une affiche qui dirait « oui à l’islamisme », Claire Donnizaux se sentirait incohérente, complètement incohérente, parce que cela lui rappellerait immanquablement qu’elle a réclamé une condamnation pour l’affiche qui disait… le contraire.

    Or il n’y a pas pire juge que… soi-même !

    Comment voulez-vous vous expliquer à vous que vous êtes dans le vrai quand vous SAVEZ parfaitement que vous vous trompez ?

    On ne peut pas se mentir à soi-même sans dommages.

    Comment Claire Donnizaux va-t-elle bien pouvoir expliquer à Claire Donnizaux que dire « oui à l’islamisme » c’est bien puisque Claire Donnizaux à décrété que dire « non à l’islamisme » c’est mal ?

    Hé bien c’est très simple : Claire Donnizaux ne pourra rien expliquer à Claire Donnizaux, elle ne pourra que constater une incohérence, ce qui en psychologie s’appelle une dissonance cognitive.

    Et une dissonance cognitive c’est très très désagréable à vivre, à peu près autant que… de se faire condamner injustement !

    Une dissonance cognitive provoque immanquablement un violent stress, que la personne peut évacuer en refusant de faire face à la réalité qui provoque cette dissonance. Il lui suffit d’ignorer purement et simplement le fait dissonant.

    Le gros, GROS, problème survient quand la réalité qui provoque cette dissonance s’impose de force, de façon répétée, sans qu’on puisse y échapper, comme par exemple une affiche que l’on voit forcément, ou bien comme… des cartes postales que l’on ne peut pas empêcher d’arriver !

    Et là il se passe quoi au bout d’un moment ?

    On pète un câble.

    Comme lui :

    Logo La Dépêche du Midi

    www.ladepeche.fr/article/2007/09/21/18737-Racisme-Harcele-par-des-islamophobes.html

    On pète un câble car on ne peut pas s’empêcher de se juger idiot à chaque fois, c’est ce qui s’appelle les tourments de la conscience. Et pour ceux ou celles qui n’en ont pas (ce qui est assez fréquent chez les fonctionnaires de l’administration judiciaire jeunes et ambitieux, souvent prêts à condamner mère Teresa pour une promotion), on pète un câble parce que c’est comme le supplice chinois de la goutte d’eau : à un moment arrive immanquablement la goutte qui fait déborder le vase.

    Faisons péter un câble à Claire Donnizaux.

    En envoyant la carte postale ci-dessous vous contribuerez à améliorer le fonctionnement de l’administration judiciaire, qui en a franchement bien besoin.
    Le jugement est mis en délibéré jusqu’au 2 décembre 2010. Le traitement sera à administrer au delà de cette date si les fonctionnaires de l’administration judiciaire commettent l’impardonnable erreur de s’obstiner à affirmer par leur verdict que dire « non à l’islamisme » c’est mal.

    Auto-produire la carte postale ci-dessous
    et l’envoyer à Claire Donnizaux
    pour lui faire péter un câble.
    Ce qui ne tue pas rend plus fort, elle n’en sera donc que meilleure magistrate après coup.

     

     (à l’envers) – .jpg 242 Ko) .png – 625 Ko (10×15-900×600 pix.)

    TÉLÉCHARGER la carte postale

    L’adresse postale professionnelle de Claire Donnizaux est celle du tribunal de grande instance (TGI) de Paris.

    Une adresse publique personnelle de contact se trouve dans l’annuaire du téléphone pagesblanches.fr en cherchant son nom de famille dans la ville de sa première école.

    « La cour d’appel de Paris autorise tout site internet ou tout autre support à le citer ou à mettre en place un lien hypertexte pointant vers son contenu  »  —  Source : http://tinyurl.com/28m2mlo

     

     

     

    Un commentaire »

    1. La cour d’appel de Paris autorise bla bla…
      Il n’y a pas besoin de l’autorisation d’un site pour mettre un lien vers lui. A partir du moment où un site est public (et par définition toutes le spages internet le sont !), n’importe qui peut consulter ce site, donc mettre un lien. Si on veut interdire l’accès à certains et l’autoriser à d’autres on met une procédure d’inscription obligatoire préalable, comme dans certains forums, ou on met un mot de passe, comme pour les forums privés.
      Inversement, un site qui interdit de mettre un lien vers lui ou exige que l’on obtienne son autorisation préalable est dans la plus parfaite illégalité et tente simplement une manoeuvre d’intimidation et de manipulation à votre égard.
      Exemple : « lien interdit depuis les sites juifs » c’est illégal, de même que « lien interdit depuis les sites gérés par un membre du font de gauche (ou du font national »
      Le site de la HALDE par exemple, halde.fr, exige qu’on lui demande une autorisation par écrit, ce qui est illégal et caractéristique de cette organisation qui fonctionne officiellement par manipulations et intimidations.
      Le lien précédent est fait sans autorisation et qu’ils aillent au diable !
      Tous les sites qui exigent explicitement une autorisation sont simplement gérés par des fachos ou des cons (c’est souvent lié), et ceux qui autorisent explicitement sont suspects car on ne sait pas s’ils sont
      – incompétents en matière de législation mais de bonne volonté.
      ou
      – conscients de ne pas pouvoir interdire et voulant faire croire qu’ils autorisent par grandeur d’âme et bonté.

      Commentaire par sitamnesty — 29 octobre 2010 @ 11:28 | Réponse


    RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

    Laisser un commentaire

    Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

    Logo WordPress.com

    Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

    Image Twitter

    Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

    Photo Facebook

    Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

    Photo Google+

    Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

    Connexion à %s

    %d blogueurs aiment cette page :